Réponses sur le Mali d’avant et d’après ATT

Ces Intellectuels comme il est dit, ont chacun et chacune été d’une façon où d’une autre à l’intérieur de ou en contact avec ce système. Certains ont pris leur distance et fait savoir les griefs ou les antagonismes qui ne leur permettaient pas de « travailler » avec les gouvernements successifs de ATT. Plusieurs d’entre eux ont participé ou organisé des activités de dénonciation contre les pratiques irresponsables en cours; en sachant bien que ces marches  » autorisées » et les conférences débats n’ont aucune influence sur les comportements installés dans la vie socio- économique du Mali. Il s’agit d’une faiblesse dans les stratégies de mobilisation qui puisent produire un déclic ou mettre suffisamment de pression sociale pour sortir le peuple d la « torpeur ».
Car la politique de ATT a conduit les responsables politiques ( la plupart sont issus des organisations de la société civile) à choisir entre les intérêts matériels et corporatistes et l’application des acquis démocratiques obtenus en Mars 1991.

Le régime ATT a inventé « le consensus » pour endormir le peuple sous un semblant de cohésion incluant les forces vives de la Nation et des partis politiques pour mener le combat de la démocratie et du développement. Dans ce schéma est est clair que chacun a fait valoir ses capacités à mieux accompagner ATT plutôt que de s’occuper de la résolution des préoccupations des populations. Nous avons vu autant de détournements en 2 mandats ATT plus que durant les années du régime Moussa Traoré.

Les problématiques sociales se sont exacerbés justement à cause des délits d’initiés ( investissements, transactions commerciales et accaparements des ressources) et de la gestion opaque de l’état dont les populations sont assez ignorants.

Mais il faut dire que la nonchalante fatalité des Maliens ( une croyance musulmane très modéré et une culture de paix sociale) combinée au sentiment d’impuissance qui s’est emparé de beaucoup de citoyens Africains face aux mesures de répression systématiques lors des manifestations ont contribué plus à pérenniser le pouvoir que de dresser le peuple contre la gabegie et l’injustice sociale ambiante au Mali. Les mêmes raisonnements peuvent s’étendre à d’autres pays pour comprendre pourquoi en dépit des mobilisations sociales et des expressions de mécontentement sporadiques, rien ne change en Afrique.

Pour revenir aux intellectuels et à ceux/ celles qui ont signé la communication ci- dessous; il est important de savoir que ces personnes sont du premier du cercle immédiat autour du CNRDRE; tel que désigné par le Cpt Sanogo comme  » leurs associés »
Ces personnes ont à différents « niveaux » rejoint les mutins pour les « aider à repenser l’indispensable démocratisation du Mali en votant dans ce coup d’état; une seconde libération  » souhaitée par les populations meurtries qui ne savaient plus où donner de la tête » donc qu’il faudra accompagner de toutes ses forces .

Néanmoins il faudra garder en tête que  » l’ effectivité » du changement s’est opéré avec la démission de ATT et l’entrée en jeu de la Constitution Malienne comme référence et la détermination de toutes les parties sur les 2 enjeux cruciaux du moment à savoir le rétablissement de l’intégrité du territoire et la continuité du processus électoral pour amener aux elections prochaines.
Le nouveau président constitutionnel Dioncounda Traoré qui doit gérer avec un Premier Ministre de Consensus est également un des postulants à la candidature présidentielle que ce nouveau Gouvernement doit organiser.
Nous pensons pour notre part qu’il est évident aujourd’hui de parler de vigilance surtout pour le processus électoral à venir; puisque ce qui peut faire obtenir des gages pour les populations contre un revirement ou une mauvaise organisation du travail du nouveau Gouvernement c’est un réveil Citoyen à travers les associations de la société civile afin de participer aux débats et était présent dans toutes les espaces de dialogue et de structuration des nouveaux organes dans cette phase de transition.
En mettant en écho la phrase la plus entendue dans les manifestations de Mars 1991 et beaucoup répété ces derniers temps  » nous ne voulons plus d’anciens ou d’expérimentés de la politique; nous voulons des personnes neuves et des patriotes responsables.
Malgré le retour à la constitution, rien ne garantit que les mêmes personnes tapies dans l’ombre de l’ancien régime puisse « jouer » des relations et de leurs  » expériences  » pour se maintenir ou revenir dans la gestion des affaires de l’État Malien.
Ce serait le plus grand danger et c’est justement ce qui a conduit à la Révolution de Mars 1991 et qui ne devrait plus arriver…
Malheureusement ce sont les mêmes maux qui ont continué sous le régime en 2 temps de ATT;
C’est aussi les causes annonces par les mutins pour menacer et faire tomber son régime. Que faire maintenant ?

le bon droit et la bonne justice égale pour tous et partout »

O. Diarra

AME

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s