Lettre ouverte au capitaine Amadou Haya Sanogo

Mon capitaine ,Amadou-Aya-Sanogo
Amadou Haya Sanogo, Président du Comité militaire de suivi
des Réformes des Forces Armées et de Sécurité,

Mon capitaine,
Suite à la démission forcée du premier ministre Dr Cheick Modibo Diarra, je viens par la présente lettre, vous faire part de ma déception et mon inquiétude face à la situation qui prévaut dans notre pays.

Mon capitaine ,je fais partir de ceux qui avaient pris le départ du Général Amadou Toumani Touré le 22 Mars 2012,comme une alternative fructueuse à la sortie de crise sociopolitique et militaire de notre pays. Après plusieurs mois d’observations et d’analyses, je me rends compte que vous êtes mal entouré et mal conseillé. La façon dont le premier ministre, Dr Cheick Modibo Diarra a été contraint à la démission, prouve que vous êtes assujetti à votre humeur et n’honore point notre nation. Je vous rappelle que Dr Diarra, n’est pas venu se proposer comme ministrable, c’est vous qui êtes parti le chercher et le proposer devant les caméras du monde entier. Donc sa démission devait se faire devant les mêmes caméras de façon digne et civilisée. Mais vous êtes incapable de respecter vos paroles parce que vous n’êtes pas celui que vous prétendiez être.

Les maliens se souviennent toujours de vos paroles et attendent. Mais vous savez que la patience a des limites. Un dicton dit « quand les promesses se tiennent, la confiance se renforce ».Jusqu’aujourd’hui, vous n’avez tenu concrètement aucune de vos paroles. Mon capitaine, votre intervention télévisée après la démission forcée de Dr Diarra, a été une insulte à notre nation, pas votre apparence devant les caméras, mais les mots que vous aviez prononcés. Mon capitaine, vous dites que Dr Diarra n’a rien fait concrètement pour la sortie de crise ,je ne vous contredis pas ,mais je vous demande ,qu’avez-vous fait concrètement et que vous puissiez le dire avec fierté devant le peuple Malien ?Au Mali ,nous avons l’habitude de dire « quand on veut se débarrasser de son chien ,on l’accuse de rage ».Votre intervention après cette démission ,a été contre-productive pour l’image du Mali.

Mon capitaine, vous n’êtes pas Ségovien, mais vous y avez grandi. Vous savez, quand les rois de Ségou combattaient leur ennemi, ils l’invitaient à partager un dîner avec eux, dans l’honneur et dignité. Autour de la table, ils bavardaient avec l’ennemi sous les mélodies des griots. Après le repas, ils partaient sur le champ de combat. La tête du vaincu était tranchée et enveloppée dans l’étoffe, avec respect, le reste du corps était remis au royaume vaincu. Dans notre langage plus moderne, cela veut dire l’humilité, mon capitaine. Les grands hommes, ne se battent pas avec un homme qui est par terre. Après la démission forcée de Dr Diarra, mon capitaine, vous deviez pour le respect des valeurs de la république, taire certains mots. Beaucoup peuvent croire à votre version aujourd’hui parce que Dr Diarra ne peut et ne doit pas s’exprimer pour l’instant, mais le pouvoir militaire que vous utilisiez est temporaire et tôt ou tard, les maliens découvriront la vraie version.

Ceux qui vous applaudissent aujourd’hui après cette démission forcée, ne sont pas tous vos « amis » et pour preuves, certains voulaient votre mort, d’où le contrecoup d’état. Vous vous protégez aujourd’hui avec les armes, pas avec votre popularité parce qu’en réalité vous n’en avez plus. Le peuple malien, était juste fatigué de la mauvaise gouvernance du Général Amadou Toumani Touré, dans tel contexte, n’importe qui peut jouer votre rôle. Aujourd’hui, vous avez le pouvoir, mais c’est temporaire et donc vous devez penser à votre porte de sortie. La seule chance qui vous reste pour ne pas finir comme un Dadis Camara,c’est libérer le nord du Mali sinon politiquement ,vous ne pouvez servir à grande chose.

Mon Capitaine, vous êtes venu pour libérer le nord du Mali, donc attelez vous à cette priorité parce qu’elle constitue votre monnaie d’échange. Dans votre dernière sortie télévisée, vous avez dit qu’il manque des détails pour engager le combat, mais mon capitaine si vous attendez que notre armée sera parfaite alors le nord du Mali ne serait pas libérée. Faites avec les moyens à Bord. Un adage Bambara dit «Quand le serpent sort d’un trou, on se sert de ce qu’on ait dans la main pour le frapper ».Vous avez critiqué le Général Amadou Toumani Touré ,les maliens vous ont regardé et ils n’ont rien dit. Vous venez de pousser Dr Diarra à la démission et vous l’avez traité de tous les maux, les maliens vous ont observé et ils n’ont rien dit. On dit « qu’il y a pas deux sans trois » ,mais mon Capitaine ,songez vous à ce qu’il y aura pas un troisième parce qu’il signifiera votre fin et en ce moment vous n’aurez aucun prétexte devant un peuple en colère.

Convaincu de tout intérêt que vous accorderez à ces quelques lignes, permettez-moi, mon Capitaine, de vous assurer, ma très haute considération.

Bissi Babemba TRAORE.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s