Canada: on le fait avec vous mais sans vous

Les commentaires sur ce texte sont pour les gens qui comprennent le second degré ou le troisième va)

Le refus ou la retenue injustifiée des visas pour les participant-es de l’hémisphère sud par les ambassades canadiennes est inacceptable. Mais sans surprise.

 

Dans moins d’une semaine, le tout premier Forum Social Mondial à se tenir dans l’hémisphère nord débutera à Montréal, Québec (Depuis le temps qu’on dit aux pays du nord de ne pas organiser de gros forums où les pauvre sont invités). À moins de prendre action rapidement, un nombre significatif de délégué-es des pays de l’hémisphère sud ne pourront participer à l’événement en raison de délais injustifiés et de refus dans le processus de remise des visas par les ambassades canadiennes de plusieurs pays. (Le Canada est un pays trop peu vaste pour accueillir plus de deux milles délègues et activistes de pays pauvres pour un séjour à court terme)

Les membres organisateurs travaillant avec le Indymedia Africa Working Group (IAWG) sont au fait d’au moins quatre suspensions, et de dix refus de visas injustifiés au sein des pays desquels les membres du groupe de travail habitent. Quatre journalistes nigérians du Sahara Reporters ont été rejetés sur la base prétendue que leur demande ne fournissait pas les détails bancaires de leur organisation, même si l’ambassade n’a jamais demandé ces documents bancaires. Deux activistes bien connus des droits humains provenant du Mali, incluant la présidente de l’Association de Défense des Droits des Aides ménagères et des Domestiques (ADDAD), ont vu leurs demandes refusées sous le prétexte qu’ils-elles leurs « manquait une raison claire de faire le voyage ». La situation est la même pour le refus des visas d’organisateurs-trices populaires du réseau « No Vox Afrique », particulièrement ceux et celles du Bénin, du Burkina Faso et du Togo. Jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de réponse pour les demandes d’une activiste des droits des femmes du Nigéria, un organisateur étudiant du Ghana et un-e journaliste radio du Ghana, malgré le fait que leurs demandes aient été soumises bien en avance des échéances que le gouvernement canadien indique pour les procédures régulières. (IndyMedia ??? What?? en plus ils sont africains de pays en grosses difficultés économique ou sécuritaire, vous pouvez toujours courir)

« C’est inacceptable pour les ambassades d’être en mesure de refuser des visas sur la base d’excuses aussi fragiles que “manque de raison claires pour faire le voyage,” » mentionne Moussa Coulibaly, délégué de IAWG au Mali, qui a également vu sa demande de visa refusée. Les autorités canadiennes auraient simplement dû interdire l’organisation du Forum social mondial (FSM) dans leur pays plutôt que de tenter de le déstabiliser par un refus massif de visas aux participant-es. » (C’est plus class que de répondre: Monsieur on a pas le temps pour vous.)

« J’ai été à l’Organisation International pour la Migration, » dit Akonnor Owusu Larbi, organisateur étudiant et délégué de IAWG au Ghana. « L’organisation est responsable de recevoir les demandes de visas canadiens au Ghana. Le jour de la soumission de ma demande d’application, ils-elles m’ont dit d’attendre jusqu’à ce que je reçoive du courrier ou un appel de leur part. Ils-elles m’ont assuré que cela ne prendrait pas plus de 23 jours. J’ai appliqué le 29 juin 2016… Ce n’est pas normal. » (ils font le tri à la base, faut pas qu’il puisse mate Justin Bieber)

« Le SaharaReporters a délivré toute la documentation nécessaire pour nos délégué-es du Nigéria, » mentionne Omoyele Sowore, fondateur et éditeur de l’organe de presse provocateur considéré comme le Wikileaks d’Afrique. « Nous nous attendions à ce que si le consulat canadien ait des doutes sur notre capacité à soutenir nos délégué-es, qu’il nous demande davantage de documentation. Cela n’a pas été fait; l’ensemble des délégué-es que nous avions commandités ont vu leurs demandes de visas refusées. Le gouvernement canadien devrait savoir qu’en acceptant que le FSM se tienne en sol canadien, ils avaient donné leur accord pour accepter tout le monde sans considération raciale, économique ou sociale. (Accueillir un genre de wikileaks africains, trop risqués ce continent est le plus, mieux pillés du Monde)

“Au Brésil, nous avons eu des exclusions politiques et économiques,” mentionne Rita Freire de Ciranda Brasil. “[Un activiste] qui organise Cine Medios Libre, et assure la couverture de la violence policière contre les manifestant-es, a vu son visa refusé malgré qu’il ait déjà acheté son billet et montré des preuves financières pour le voyage. [D’autres] qui voulaient faire une présentation sur le désastre de Mariana, les barrages qui ont cédé causant une coulée de boue meurtrière qui a détruit plusieurs villes, ont aussi vu leurs visas refusés par la diplomatie canadienne…. Si le gouvernement du Canada a promis des engagements au FSM, pour respecter les conditions requises pour un forum minimalement inclusif, il est clair que cela n’a pas été honoré.” (Rien promis juste accord de principe pour reprendre une langue de bois déjà rôdé)

Même sans compter ces abus aussi frappants, le processus de candidature pour des visas est une des principales difficultés auxquelles font face les citoyens des pays de l’hémisphère sud, particulièrement quand ces visas sont pour voyager vers le nord. La nature invasive des formulaires détaillés, le temps d’attente, le besoin fréquent de se rendre à l’ambassade pour soumettre la demande, et les coûts dispendieux du processus rendent l’expérience extrêmement dispendieuse pour beaucoup d’organisateur-trices populaires.

“Les activistes de l’Iraq n’ont même pas essayé d’appliquer pour un visa, comprenant que ce serait extrêmement difficile puisqu’ils et elles devaient appliquer en Jordanie,” mentionne Martina Pignatti de l’Iraqi Civil Society Solidarity Initiative. “Ils et elles vont organiser une activité parallèle à Bagdad, et nous nous connecterons à partir d’un télécentre [à Montréal]. (Pour les irakiens et les syriens il faut du côté des visas réfugies pour fuir Daesh sinon il y en a plus pour eux voilà c’est dit)

En raison de ce déséquilibre de pouvoir bien connu dans le monde globalisé, la décision de tenir le Forum Social Mondial au Canada, un pays notoirement reconnu pour sa difficulté à y entrer, aurait dû être couplée à un engagement proactif de la part du Conseil International et du comité organisateur local du FSM pour assurer le suivi et faciliter l’approbation des visas demandés par les participant-es au FSM. La participation des pays du sud est fondamentale pour préserver la tradition du FSM qui est authentiquement ancrée dans l’expérience et les besoins de la majorité de la population de notre planète. Il est inacceptable qu’un FSM soit organisé sans le soutien explicite des activistes de l’hémisphère sud. (Bon faudrait changer de nom aussi genre: Branlette international de cerveau en déliquescence cachés derrière le travail de quelques activistes)

‘Non seulement ce n’est pas une surprise, mais c’était en fait prévisible! C’est une des raisons pour lesquelles les mouvements sociaux du Sud se sont opposés à la tenue du FSM dans un pays du Nord,’ mentionne Demba Moussa Dembele. ‘Ils sont protégés par le comportement des ambassades canadiennes.’ ( sans parler du cout de la vit pour des gens qui gagnent mois d’un dollar par jour)

‘Chacun-e d’entre nous connaît les difficultés associées à l’obtention d’un visa pour les personnes venant du Sud et de l’Est… c’est une grosse responsabilité politique!’ affirme Mireille Fanon-Mendès-France de la Fondation Frantz-Fanon (Paris). ‘Comment un Forum peut-il être productif sans l’ensemble de ses acteurs-trices? Le CI doit prendre un engagement fort au début du forum… toutes les communications provenant du processus FSM doivent souligner cette guerre contre certaines personnes, organisée par les États eurocentristes dirigés par la suprématie blanche.’ (Ca va quoi, on va pas refiler tout les biftons des Saoudiens et qataries au Sud, c’est la crise merde)

‘Le refus de ces visas est en ligne avec le maintien d’un agenda mondial néolibéral,’ mentionne l’organisateur d’IAWG Valentine Eben. ‘Les capitalistes peuvent tenir leurs rencontres n’importe où dans le monde – des visas sont même distribués à des personnes qui ont été accusées ou qui font l’objet d’enquête pour des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité! Mais certains endroits du globe sont innacessible aux activistes – surtout les activistes provenant des pays du sud. C’est inacceptable; nous ne pouvons tolérer que ce soit le cas ce mois-ci à Montréal.’ (Pas besoin de visas pour blanchir de la tune ou vendre des armes lui il à tout compris)

‘C’est assurément un développement majeur qui attaque l’intégrité du FSM en tant qu’espace global qui a été respecté par tous les gouvernements du Sud peu importe où se tenait le FSM,’ affirme Brid Brennan de l’Institut Transnational. ‘Ce genre d’action de la part des affaires étrangères et domestiques canadiennes fait assurément partie d’une attaque majeure que nous constatons à l’échelle mondiale sur les droits des peuples à se déplacer, en plus de contribuer à la criminalisation des mouvements sociaux, humains, et environnementaux.’ (le message est claire le pauvre et leur défenseurs au Sud ou à l’Est peu importe mais pas chez nous)
Nous en appelons au comité organisateur local du FSM à Montréal, à Comité International du FSM, et à l’ensemble des organisateurs-trices, des créateurs-trices et des activistes investies dans l’intégrité du FSM à répondre à cette situation injustifiée de refus massif de visas pour les participant-es du Sud du globe en prenant des mesures immédiates pour mettre la pression sur le gouvernement canadien afin de délivrer les visas qui ont été demandés. (Vue les gars en place on devrait crée un groupe whatsapp pour tenir ce forum sa serait plus efficace)

(On sait jamais)
Pour agir, visitez : https://outreach.mayfirst.org/civicrm/petition/sign?sid=2&reset=1

(sinon si vous êtres trop paresseux un mail si vous voulez)
Pour signer cet engagement en tant que personne ou organisation/collectif/groupe, écrire à : indy-converge@la.indymedia.org

Sous le drapeau benit poème de SOUMANO CHEICK OUMAR

Hommage à vous Modibo Keita.
Hommage à vous Hawa Keita.
Hommage à vous Bazoumana.
Merci à vous Seydou Badjan.
Les nobles enfants du grand Mali.
Combattants de l’indépendance.
Sous notre drapeau emblématique.
Pour gagner le combat de la liberté.
Eh ! Toi tu as fait quoi pour le pays ?
Lui qui ta donner une terre vert.
Pour cultiver et te nourrir à vie.
Lui qui ta donner une terre en or.
Pour t’enrichir et te rendre puissant.
Lui qui sait sacrifier à sang rouge.
Pour te donne liberté et libéralité.
Si non Cabral signe de la démocratie.
L’exemple d’une vocation abouti.
Devant les bégaiements d’un chef.
Je m’en remets à Dieu, impuissant.
Si non Hampate bah grand sage.
Qui donna lumière à notre littérature.
Sinon Mariam Bakayoko femme.
Patrimoine vivant de notre culture.
Qu’en est tu fais de ta noblesse toi ?
Quant tu te glorifie dans le vol flagrant.
Quant tu brule le grenier de nos vertus.
Regarde-toi sous le fardeau d’ordures.
Regarde-toi sous le fardeau d’injustice.
Regarde-toi sous le poids de la misère.
Car tu as ignoré les problèmes du pays.
Bien alors tu finiras misérablement.
Ce n’est pas la faute à notre cher Mali !
Nous nous aimerons ce grand pays.
Nous allons rehausser son image.
Quant nous aurons le ballon rond.
Sous nos pieds au Mali la victoire.
Quant nous irons étudier à l’étranger.
Nous remporterons des excellences.
Quant nous irons chercher le trésor.
Nous l’offrons la belle des cadeaux.
Quant nous allons aux combats.
Nous l’amènerons le trophée de la paix.
Qui osera humilier notre cher Mali.
Est un prochain condamné à mort.
Marche mon pays vers l’espérance.
Marche mère patrie vers l’excellence.
SOUMANO CHEICK OUMAR

BIENVENUE A BAMAKO

  • aeroport-Bamako-SenouOù le sexe est libre moins cher et l’amour est coûteux.
  • Où, si tu ne trompes pas ton/ta partenaire avec une Guinéenne , tu n’es ni fort ni intelligent.
  • Où les salles de bains Des Bars et Maquis sont devenu(e)s des studios photo
  • Où les mensonges sont transformées en vérités ( Au Golf )
  • Où le livreur de pain est plus rapide que les urgences
  • Où les gens craignent plus les Voleurs de Moto et Patrouilles Policières que Dieu
  • Où l’habit fait le moine et que leur Voiture les Glorifie
  •  Où les gens ont peur de se marier, mais aiment avoir des relations sexuelles avec nos Pétasses
  • Où porter des mèches humaines,des sacs louis vuitton des talons Gucci et Bazins Riches font de toi une femme de grandeur
  • Où nous avons le plus grand nombre de Putes en raison du chômage.
  • Où aller en boîte de nuit est plus primordial qu’aller à la Mosquée Prier ALLAH
  • Où les femmes craignent plus la grossesse que le VIH/SIDA
  • Où avoir un IPHONE 6 ou Samsung Galaxy est mieux qu’avoir un diplôme

Ça c’est ma Ville D’accueil çà Mais Malgré tout je t’aime BAMAKO ( MALI )

 

Aziz Le magnifique

Je suis Mariam Camara

Oui je suis Mariam.
Ah Mariam c’est la dame qui c’est fait abattre lâchement à la terrasse Vendredi.
Pourquoi je suis Mariam:
Je suis un malien jeune qui aime sortir et profité des joies de ma belle ville Bamako,
J’adore c’est petits concert qui se déroule à Bamako oui tout ces petits lives qui font de Bamako la ville du concert live en Afrique de l’ouest,
Oui je suis Mariam car la mixité dans la vie ou les lieux ne me fait pas peur,
Je suis Mariam car j’ai décide de prendre mon destin en main,
Je suis Mariam car je vis celons mes propres convictions pas celles des autres,
Je suis Mariam car je vis dans mon pays et que j’envisage pas de fuir oui de fuir et de critiques ceux qui y vivent en les critiquant,
Je suis Mariam car je sais qu’au Mali plus que n’importe où dans le monde on peut forger son propre destin,
Je suis Mariam car on a plein d’amis en commun et tellement de lieu, de rires,
Je suis Mariam ou elle était moi.
Que là ou tu pars soies meilleurs avec toi et pour t’accompagner cet chanson que t’aimais tant et qui te décrivait tant:
http://bandcamp.com/EmbeddedPlayer/album=2795288532/size=small/bgcol=ffffff/linkcol=333333/track=1438637047/transparent=true/

Le Dimanche à Bamako, c’est un jour de deuil pour l’homme Malien.

Ps: Le salaire moyen au Mali est de 35 412 FCFA et le coût du mariage dépasse largement un an du salaire moyen.

« Le dimanche à Bamako, c’est le jour de mariage », oui Amadou et Mariam ont bien chanté le mariage au Mali, mais ils n’ont pas voulu ajouter les autres détails qui tuent l’homme malien.

Le dimanche, c’est plutôt un jour de deuil à Bamako, c’est l’assassinat d’un homme par les femmes.

Tout ce cirque que vous voyez le jour du mariage se fait sur le dos déjà courbé d’un homme, le fiancée ou le cadavre. L’économie d’une année ou plus gaspillée en une journée. Le mariage devient une des sources du malheur des hommes au Mali.

Tout commence le jour où il envoie la cola de fiançailles. L’homme devient une source de revenu pour les beaux parents. Il est achevé le jour du mariage par des dépenses énormes.

Certains creusent leurs propres tombes en s’endettant, pour qui? Pour une femme Malienne complexée, dénaturée par des années d’imitations insensées. Il suffit de se rendre sur facebook pour voir de quoi elles sont capables. Elles sont toutes « stars », dans leurs petites vies, avec des termes bizarres « lafia dron », « paix dron ». Elles ne savent même pas ce qui se passe dans leur propre pays.

A la question, c’est quoi le mariage ? La réponse est décevante, elles ne rêvent que d’un homme riche, beau, généreux surtout, idiot en plus qui donne sans réfléchir et qui meurt quelques années après le mariage.

Pourtant, aimer c’est très simple, c’est partager tout avec l’autre. Je parle de certaines femmes maliennes, la majorité, mais pas toutes.

Mars

Djibril Elhassane Traore